Home » » Le visage de l'Amour dans le Coran

Le visage de l'Amour dans le Coran





Tout expert du Coran le sait : le mot "Amour" – dans son sens abstrait et sublimé - n'existe pas dans le Coran.

A la place de cet amour sublimé pour Dieu ou l'être aimé, on trouve dans le Coran, une autre sorte "d'amour", rendue par le terme "hub".  En effet, la plupart des versions françaises du Coran, traduisent "hub" par "amour". Mais selon son étymologie (commune également à l'hébreu et à l'araméen), la racine de "hub" est HB ou HBB (avec un H guttural), et elle signifie "désir", "volonté d'avoir", "dû", "obligation", mais aussi "convoitise", "passion", "ardeur", "attirance", "aspiration", et à la rigueur "affection" dans le sens de "chérir".
Dans la Bible, la racine HB ne signifie jamais "amour" de Dieu ou de son prochain. Pour cela, l'hébreu biblique fait usage du terme ahawah (de racine AHB, avec un H aspiré), et jamais de "hibah". Tandis que dans le Coran, "hub" est employé à la fois pour le désir charnel ou vénal que pour "l'amour sublimé".
Voici un exemple d'un tel amour-désir, au verset 14 de la sourate 3 :

زُيِّنَ لِلنَّاسِ حُبُّ الشَّهَوَاتِ مِنَ النِّسَاءِ وَالْبَنِينَ وَالْقَنَاطِيرِ الْمُقَنْطَرَةِ مِنَ الذَّهَبِ وَالْفِضَّةِ وَالْخَيْلِ الْمُسَوَّمَةِ وَالْأَنْعَامِ وَالْحَرْثِ ذَلِكَ مَتَاعُ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَاللَّهُ عِنْدَهُ حُسْنُ الْمَآبِ

Transcription phonétique :
zuyin lil nass hub al shahawat min al nissâ wa al baniyn wa al qanatiyr al muqantarat min al dhahab wa al fidat wa al khayl al mussawamat wa al an’am wa al harth dhalik mata’u al hayat al dunya wa allah ‘indahu husnu al maab

Traduction :
on a embelli aux gens l'amour des voluptés de femmes et de fils et de trésors thésaurisés d'or et d'argent et de montures racées et de bétails et de labours telle est la jouissance de la vie ici-bas mais auprès d'allah est le meilleur séjour

Cet "amour" des voluptés de femmes (donc de descendance, donc de "fils"), mais aussi le désir de trésors d'argent et d'or, de chevaux (ainsi que de troupeaux et de terres), ressemble à s'y méprendre à "l'avertissement" mentionné dans le Pentateuque (Deutéronome 17, 15-17) concernant le monarque : 
Tu mettras sur toi un roi que choisira Yahweh, ton Dieu… Seulement qu'il ne multiplie pas le nombre de ses chevaux… Et qu'il ne multiplie pas le nombre de ses femmes, et que ne dévie pas son cœur; et d'argent et d'or, qu'il n'en multiplie pas trop.

Le Coran utilise d'ailleurs plusieurs fois le mot "hub" pour dénoncer "l'amour des richesses". Comme par exemple dans le verset 20 de la sourate 89 :
وَتُحِبُّونَ الْمَالَ حُبًّا جَمًّا
et vous aimez les richesses d'un amour sans bornes

Il est ici évident que le terme "amour" ne signifie nullement "l'amour de Dieu" sublimé, mais le "désir" vénal, la "convoitise" etc…, et qu'il serait plus pertinent de traduire par :
et vous convoitez les richesses d'une convoitise sans bornes

Faire usage de la racine "hub" pour parler "d'amour de Dieu" ou "d'amour de l'humanité", serait donc indécent, voire scabreux. En somme, une véritable hérésie !
Et pourtant le Coran le fait dans le verset 165 de la sourate 2 :

وَمِنَ النَّاسِ مَنْ يَتَّخِذُ مِنْ دُونِ اللَّهِ أَنْدَادًا يُحِبُّونَهُمْ كَحُبِّ اللَّهِ وَالَّذِينَ آمَنُوا أَشَدُّ حُبًّا لِلَّهِ وَلَوْ يَرَى الَّذِينَ ظَلَمُوا إِذْ يَرَوْنَ الْعَذَابَ أَنَّ الْقُوَّةَ لِلَّهِ جَمِيعًا وَأَنَّ اللَّهَ شَدِيدُ الْعَذَابِ

Transcription phonétique :

wa min al nass man yatakhidhu min duwn allah andadan yuhibuwnahum ka hub allah wa aladhiyn amanuw ashad hub li lah wa law yarâ al ladhiyn thalamuw idh yarawna al ’adhab ana al quwat li lah jamiy’an wa ana allah shadiyd al ’adhab
Ce verset est communément traduit en français par :  

et parmi les hommes il en est qui prennent au lieu de allah des égaux à lui ils les aiment comme on aime allah et ceux qui croient sont plus durs à l'amour pour dieu et s'ils avaient vu ceux qui ont idolâtré alors ils verront le châtiment car la force est à dieu réunie car allah est dur en châtiment
Alors que, pour être fidèle à l'étymologie du mot "hub", il aurait été préférable de traduire :

et parmi les hommes il en est qui prennent au lieu de allah des égaux à lui en les chérissant comme on chérit allah et ceux qui croient sont les plus durs à chérir allah et s'ils avaient vu ceux qui ont idolâtré alors ils verront le châtiment car la force est à allah entièrement car allah est dur en châtiment

Conclusion :
Par l'usage de la même racine HoB pour "désirer" et "aimer", le Coran fait l'amalgame entre deux concepts distincts : "désir vénal" et "amour sublimé".
Est-ce là le "visage de l'Amour", dans le Coran ? Cela ne dénote- t-il pas d'un faible degré d'élévation spirituelle de l'islam dans sa ferveur pour Allah ?

7 коммент.:

  1. Bonjour David,
    Vous nous dîtes en fin de compte : "Cela ne dénote- t-il pas d'un faible degré d'élévation spirituelle de l'islam dans sa ferveur pour Allah ?" J'aurais plutôt envie de vous dire à vous lire, qu'on a l'impression que le Coran a été rédigé par un scribe ou des personnes de niveau moyen quant à toutes les notions que vous abordez. Qui finalement ne faisaient pas vraiment la différence entre cette "désir vénal" et "amour sublimé" comme vous dites. N'est-ce pas finalement un peu trop complexe en l'espèce ?

    J'aurais une question à vous poser : existe-t-il en arabe une autre racine que hub pour désigner "l'amour". Si hub correspond au désir, quel mot correspond-il alors à l'amour sublimé ? Y a-t-il en arabe un mot qui reprend la racine Ahava comme en hébreu ?

    Merci.
    Méïr

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Meïr. Pour répondre à votre question, il n'y a pas en langue arabe du Coran, une autre racine équivalente à "ahavah" en hébreu, pour désigner l'amour sublimé. A part "hub" qui renvoit à "désirer", il existe dans le Coran un autre terme, rarement employé, emprunté à la racine hébraïque "dwd" et qui elle-aussi renvoit à "désir", à "amour charnel", à "attirance physique", à "séduction amoureuse" dans une connotation sexuelle. Il est à noter que le nom du Roi David (prononcé en hébreu archaïque "Dawid") vient de cette racine et signifie "amant", "désiré", "séducteur". Voir aussi par exemple dans le Cantique des Cantiques où la bergère dit à son amoureux : "ani le dowdi et dowdi li" (traduction : "je suis à mon amant et mon amant est à moi") dans le cadre d'un désir réciproque sensuel et charnel à tel point osé que l'exégèse rabbinique en a été choquée et s'est cru obligée de métamorphoser artificiellement le "Cantique des Cantiques" en parabole et en allégorie abstraite de "l'amour divin pour l'assemblée d'Israël". .

    RépondreSupprimer
  3. Intéressant. Ce que vous dites sur dowdi me fait penser au Lekha dowdi du shabat ? לך דודי ... S'agit-il de la même chose ? Je n'y ai jamais réfléchi, mais je pense que oui si on regarde la suite des paroles.
    לך דודי לקראת כלה, פנה שבת נקבלה

    Méïr

    RépondreSupprimer
  4. En effet Meïr, c'est la même racine et le même sens. Bravo pour votre perspicacité.

    RépondreSupprimer
  5. http://www.lemessieetsonprophete.com/annexes/L'idee%20'd'aimer'%20selon%20le%20Coran.htm

    RépondreSupprimer
  6. Bon article, Nejma. Avec une seule erreur, mais déterminante. La racine HBB ne signifie pas "aimer", mais comme je l'ai expliqué dans mon article.

    RépondreSupprimer
  7. Oui David j'ai lu votre article
    Et celui ci vient préciser le vôtre.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.