Home » » Allah - hebdo : Envoyé d'Allah ou Don Corleone ?

Allah - hebdo : Envoyé d'Allah ou Don Corleone ?



Sourate 4, verset 102 :

وَإِذَا كُنْتَ فِيهِمْ فَأَقَمْتَ لَهُمُ الصَّلَاةَ فَلْتَقُمْ طَائِفَةٌ مِنْهُمْ مَعَكَ وَلْيَأْخُذُوا أَسْلِحَتَهُمْ فَإِذَا سَجَدُوا فَلْيَكُونُوا مِنْ وَرَائِكُمْ وَلْتَأْتِ طَائِفَةٌ أُخْرَى لَمْ يُصَلُّوا فَلْيُصَلُّوا مَعَكَ وَلْيَأْخُذُوا حِذْرَهُمْ وَأَسْلِحَتَهُمْ وَدَّ الَّذِينَ كَفَرُوا لَوْ تَغْفُلُونَ عَنْ أَسْلِحَتِكُمْ وَأَمْتِعَتِكُمْ فَيَمِيلُونَ عَلَيْكُمْ مَيْلَةً وَاحِدَةً ولَا جُنَاحَ عَلَيْكُمْ إِنْ كَانَ بِكُمْ أَذًى مِنْ مَطَرٍ أَوْ كُنْتُمْ مَرْضَى أَنْ تَضَعُوا أَسْلِحَتَكُمْ وَخُذُوا حِذْرَكُمْ إِنَّ اللَّهَ أَعَدَّ لِلْكَافِرِينَ عَذَابًا مُهِينًا


Traduction :

"et lorsque tu étais parmi eux et que tu érigeais pour eux la prière, que se lève un groupe d'entre eux avec toi et qu'ils prennent leurs armes, et lorsqu'ils se sont prosternés qu'ils soient derrière toi et que vienne l'autre groupe qui n'a pas prié la prière avec toi et qu'ils prennent leurs précautions et leurs armes tandis que les mécréants peuvent, si vous délaissez vos armes et vos attirails, fondre sur vous d'un coup; mais pas de péché sur vous si à cause de la pluie ou si étant malades vous déposiez vos armes, mais soyez précautionneux; certes allah a destiné aux mécréants un châtiment avilissant."

Voilà donc les préceptes qu'Allah ordonne à Muhammad.
Quelle spiritualité ! Quelle grandeur de vue et d'esprit ! Quelle sainteté !

Cela a tout l'air d'injonctions précises d'un chef de bande organisée. On se croirait même dans une scène de film noir du genre "Le parrain", où Don Corleone se recueille dans une église, entouré de ses malfrats, avant de donner l'ordre de massacrer les autres chefs de la mafia.


Et dire que c'est ce Don Mahomet qui est vénéré par plus d'un milliard de musulmans ?

19 коммент.:

  1. excellente analyse comme à l'accoutumée !

    RépondreSupprimer
  2. et les musulmans disent que l'islam est une religion de paix

    RépondreSupprimer
  3. Que dire de Don Elie qui a égorgé, selon l'AT, des centaines de polythéistes sans la moindre hésitation, tel un vulgaire tueur à gages qu'on croirait tout droit sorti des mémoires non censurées d'Al Capone ou d'une vidéo de Daesh avant l'heure ?
    Plus j'avance en âge, plus les injonctions guerrières des monothéismes m'épuisent par leur absurdité et leur insupportable compétition en la matière : cultivant avec une ardeur égale la condamnation morale du meurtre et sa paradoxale mise en pratique décomplexée.
    Mais au fond, ces actes délirants, ces approbations fiévreuses du crime de sang sont en parfaite adéquation avec le dieu qui les réclament en dépit de sa propre loi puisque la miséricorde n'abonde qu'en présence du péché, sans quoi il n'y aurait rien à pardonner, ni récompense à promettre.
    Structurellement, les monothéismes reposent tous sur la nécessité d'une imperfection préalable de la chair afin de magnifier, par contraste, la splendeur éthérée, pré-existante du très haut. Ce qui confère à Satan (ou principe du mal) un rôle de premier ordre, indispensable pour la réalisation du plan divin. Dans cette perspective, Jésus lui-même disait qu'il fallait que des scandales arrivent après sa résurrection (Satan lui sert d'ailleurs à démontrer sa capacité de renoncement aux plaisirs corruptibles du monde durant les jours de tentation dans le désert). Au final, le "Bien" a besoin du "Mal". Pire : il l'a créé délibérément afin de promouvoir l'idée d'une séparation cosmique entre le bon grain et l'ivraie. En somme, Dieu serait responsable de l'existence du vice ici-bas pour mieux nous affirmer dans la foulée qu'il n'en est toutefois pas coupable (jurisprudence immédiatement applicable à tous ses bipèdes zélateurs). Alors que la logique contenue dans la doctrine de l'omnipotence céleste exige qu'il n'y ait pas le moindre début d'intention de Satan et de tous ses suiveurs (Adam et Eve inclus) qui ne résiste au contrôle absolu du créateur. C'est ainsi que nous l'apprenons dans l'AT où il est formellement annoncé que Dieu contrôle activement le cœur de Pharaon pour jeter celui-ci aux trousses du peuple élu. Ou encore Satan, que Dieu contrôle jusqu'au plus petit de ses atomes, qui plonge soudainement en Judas pour le contrôler à son tour (le contrôle d'un contrôlé par un autre contrôlé...).
    Par conséquent, ce que Satan ou tout autre "bouc" humain commet, c'est Dieu qui le commande. MAIS, alors que la préméditation (depuis toujours en l'occurrence) est avérée et que les empruntes angéliques sont partout sur la scène du crime (omnipotence + omniscience + omniprésence), il n'est PAS COUPABLE.
    Imaginez les ravages d'auto-justification inouïe qu'une telle contorsion de l'esprit, enrobée d'hypocrisie maladive, peut générer chez un "saint" convaincu d'avoir une suite royale réservée à son nom par-delà les nuages ! Par extension, il n'est donc guère surprenant de voir des mafieux siciliens embrasser des chapelets, se marier à l'église et se purger au confessionnal. Après tout, n'est-ce pas là une énième resucée contemporaine de qu'étaient les pharisiens en leur temps ? On se demande bien comment l'islam, surgonflé au plagiat des deux monothéismes précédents, auraient bien pu apporter de si original. Au contraire, on retrouve chez lui les mêmes vicissitudes écœurantes sous forme de compilation maladroite.

    RépondreSupprimer
  4. Prouvez que l'islam est un plagiat!

    RépondreSupprimer
  5. Oui, Anonyme. Votre analyse du monothéisme, de sa folie meurtrière, et de ses contradictions internes, est exacte et pertinente. Cependant, et ce n'est pas une auto-consolation, il faut faire une différence entre un texte légendaire écrit a posteriori concernant Elie (la pseudo extermination des adeptes de Ba'al), ainsi que le récit mythique d'un Jésus résistant à la tentation de Satan, et la mise en pratique réelle, concrète, et authentifiée des appels au crime des polythéistes et autres "mécréants" contenus dans l'Ancien Testament et le Coran. C'est en cela que je ne cesse de dire que, théologiquement parlant, l'islam est le fantasme réalisé du judaïsme, et en particulier du judaïsme pharisien, duquel l'islam s'est tant inspiré. Et c'est pourquoi, je prône l'interdiction du monothéisme, en tant que nocif et néfaste à l'humanité !

    RépondreSupprimer
  6. A l'autre Anonyme. Pas un "plagiat". Un "mauvais plagiat". Le prouver, n'est pas sorcier. Il suffit de comparer la Torah et le Coran, pour en voir l'évidence. Plus de 1000 versets du Coran, plus de cent passages et récits - attribués à l'Ange Gabriel dans le Coran et plus de 400 mots et expressions sont empruntés du Pentateuque. D'ailleurs, je suis en train d'écrire un ouvrage qui sera intitulé "La Torah de Muhammad". Armez-vous de patience. En attendant, je vous cite les versets de la "Fatihah", en arabe, en phonétique, et son originel en hébreu, et la traduction littérale française.
    {1} بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
    בשם אללה הרחמן הרחום
    bism allāh araĥmān araĥīm
    beshem allah harahman harahoum

    au nom d'allah le clément le compatissant
    {2} الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ
    החמד לאל רב העולמים
    al-hamd lilāh rab al `alamyn
    hahemed lael rab ha'olamym
    l'attrait à lah majeur des mondes
    {3} الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
    הרחמן הרחום
    araĥmān araĥīm
    harahman harahoum
    le clément le compatissant
    {4} مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ
    מלך יום הדין
    mālik yawm adīn
    melek yawm hadin
    roi du jour du jugement
    {5} إِيَّاكَ نَعْبُدُ وَإِيَّاكَ نَسْتَعِينُ
    אותך נעבוד וממך נסתייע
    'Īyāk na`boud wa 'Īyāk nasta`īn
    othkha na'abod we mimkha nistaye'a
    toi que nous servirons et toi par qui nous serons assistés
    {6} اهْدِنَا الصِّرَاطَ الْمُسْتَقِيمَ
    הנחינו בנתיב המוקם
    Ihdinā aşirāţ almoustaqīm
    hanhenou benatib hamouqam
    guide-nous dans la voie érigée
    {7} صِرَاطَ الَّذِينَ أَنْعَمْتَ عَلَيْهِمْ غَيْرِ الْمَغْضُوبِ عَلَيْهِمْ وَلَا الضَّالِّينَ
    נתיב אלה הנעמת להם בלא השנואים בהם ולא התועים
    sirāţ aladhīn 'an`amta `alayhim ghayri almaghđoūb `alayhim wa lā ađāllīn
    natib asher hin'amta lahem beloh hasnou'im bahem we lo hato'im
    voie de ceux que tu as agrémentés hormis les exécrés et les fourvoyés




    RépondreSupprimer
  7. Je comprends tout à fait votre nuance, David, mais il m’est impossible de savoir ce qu’aurait entraîné comme malheurs le permis de tuer « selon la loi » d’un texte légendaire si les juifs pharisiens avaient été un milliard à l’époque d’Elie ou du Christ (la contagion mentale par esprit de meute ne s’embarrasse pas de la véracité historique). Par ailleurs, bien des musulmans pratiquent la charité en pensant imiter les actes supposés du prophète ou de ses continuateurs. Ce principe de virtualité du « roman national » des croyants fonctionne donc dans les deux sens. Les chrétiens sont eux aussi obsédés par cette tendance à vouloir se conformer vainement aux modèles d’origine : Jésus, Paul, Jean, etc. Tout en piétinant leurs nobles intentions dans la seconde qui suit au moyen d’une crasse typiquement « satanique » qu’ils s’empresseront d’aller déposer aux pieds du curé le plus proche pour se persuader, sueur au front, qu’ils ont encore leur place au milieu des séraphins.
    Ces aspirations à la perfection de l’âme (peur phobique de l’enfer ?) font autant de dégâts qu’un appel religieux au meurtre, qu’il soit réel ou supposé tel. On le voit avec la prêtrise catholique et son improbable vœu de chasteté sexuelle qui débouche le plus souvent sur des pulsions autrement plus « infernales » à force de frustrations contre-nature. Mais c’est là tout le mystère de la caution « théologique » d’une stupidité : s’appuyant ou non sur des héros certifiés par l’étude historique, le canon se suffisant à lui-même comme parole révélée, son seul label « voulu et approuvé » par Dieu suffit à hypnotiser, paradis-pendule à la clé, n’importe quelle outre en mal d’identité ou de sentiment d’appartenance à un groupe.
    Quant à l’autre Anonyme qui exige qu’on lui serve sur un plateau d’argent la preuve que l’islam, par son Coran, est objectivement un plagiat, je laisse David lui détruire sa bêtifiante certitude. Quelques remarques étymologiques devraient suffire pour balayer de sa face ce rictus qu’on imagine fendre la bouche d’un sempiternel éconduit qui s’ignore.

    RépondreSupprimer
  8. A Anonyme. Dommage que vous ne vous identifiez pas, ne serait-ce qu'avec un prénom. Cela aurait facilité la distinction entre les deux "Anonyme". Certes, votre écriture alerte et parfaite, vos remarques ô combien pertinentes, judicieuses et étayées, comparées à l'autre Anonyme et son déni du plagiat coranique, suffit. Néanmoins, cela peut prêter à confusion. Concernant votre dernier post, tout ce ce que vous dites est exact et judicieux. Nul ne sait en effet ce qui serait arrivé si le judaïsme n'avait pas été une religion de vaincus et si il y avait eu un milliard de judéo-pharisiens sur terre. Mais je veux quand même mettre à part le message des Evangiles et en particulier ce qu'on appelle les "loggias" de Jésus. Je n'y vois aucun appel patent à la violence. Si ensuite le christianisme a fait usage de tant de violences physiques, ce n'est pas au nom du message de Jésus, mais en dépit. C'est à mon avis, une véritable trahison ! D'autre part, il y a quand même entre les derniers textes de la Bible judaïque et le Coran, près de 1000 ans d'écart ! Et entre les Evangiles et le Coran, près de 500 ans ! Diantre ! On aurait pu s'attendre à une progression éthique dans le Coran et non à une régression. Or ce type de régression rappelle la régression nazie. Comment après le siècle des lumières, l'abolition de l'esclavage, la reconnaissance de l'égalité entre les hommes, la dénonciation de la discrimination (y compris de la femme), a pu bien naître une idéologie raciale si criminelle ? Voilà la question qu'il nous faut nous poser concernant l'islam et le nazisme.

    RépondreSupprimer
  9. A David. Je serais ravi de me prénommer publiquement mais je n'ai pas compris comment je pouvais le faire techniquement. Mes conditions d'accès au web étant pour l'instant très rudimentaires, j'avoue ne pas avoir cherché à me rendre immédiatement identifiable. Néanmoins, je vous laisse quelques indices qui ne parleront qu'à vous seul : restaurant, Paris, Éthiopie, déisme, Europe-Israël.
    Dès que j'en aurai l'occasion, je me pencherai sur la procédure d'identification pour la zone commentariale afin de me distinguer des autres "Anonymes". Mais je permets de penser que ma manière d'écrire me différencie déjà un peu du reste.
    Concernant les Évangiles, nous sommes d'accord, et nous en avons discuté ensemble de vive voix.
    C'est une "véritable trahison". Je rappelle quand-même qu'en l'absence d'appels clairs à une imaginaire violence jésuitique, des générations sans fin de proclamés chrétiens ont colonisé, torturé, racketté soit les leurs (catholiques de "seconde zone" / Tiers-Etat), soit leurs concurrents (les protestants en vieille Europe, conflit qui oblige à évoquer brièvement le phénomène du schisme, soit la division consubstantielle à toute forme de monothéisme puisqu'aussi "mono" que la religion se prétende, elle se subdivise toujours en hérésies et sous-chapelles microbiotiques).
    C'est en cela que je rebondis sur votre juste désignation de la régression collective a priori impossible ou improbable.
    En effet, le christianisme fut une révolution par rapport au pharisianisme quasiment talmudique. Hélas, il fut récupéré par la puissance impériale romaine qui a tenté le coup de poker du syncrétisme. Pari gagnant : tout en balafrant la culture impériale originelle, ils ont dévoyé le christianisme des premières heures par ingestion forcée et usinage en régle de ses préceptes. Ce globalisme, vieux de plusieurs siècles avant Washington, restera dans l'Histoire comme la pire supercherie qui soit : un Jésus ridiculement récupéré se réconciliant avec la théocratie militaire pour le plus grand bien de tous... Voilà comment on se sert, par la force évidemment, d'une avancée des esprits afin qu'elle recule le plus loin possible dans le passé des usurpateurs de pouvoir en quête de "popularité".
    Dès lors, Jésus n'était plus que l'ombre d'une future Jeanne d'Arc.
    L'association mentale "ma terre = royaume de Dieu" allait pouvoir accoucher des rois de France, suivis rapidement par la perfide protestanture...
    Finalement, le pharisianisme non juif (exclusivement AT) avait vu le jour. Et tout le monde s'en réclamait, pour des histoires de couronnes consanguines.
    N'est-ce pas là un pitoyable remake des querelles tribales d'Israël au nom du Livre ?
    Combat sans fin pour déterminer qui sera "plus élu que les autres"... Qu'on en viendrait à préférer l'avant-révélation, quelle qu'elle soit et qui qu'elle concerne : les hébreux, les gaulois, les berbères. Le bon vieux temps des totems sous le nez et nulle part ailleurs...

    RépondreSupprimer
  10. La torah de Muhammad, rien que le titre on croirait une blague.

    RépondreSupprimer
  11. Votre démonstration monsieur belhasen est néanmoins très perturbante.

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir cher "Kevin". Quel plaisir de te lire ! La verve de ta plume et ton style alerte si particulier ! J'aurais dû les reconnaître ! Ton analyse est fine et je l'approuve à deux mains ! La supercherie catholique et protestante et la eur récupération du personnage de Yeshou'a-Jésus, furent un malheur pour l'humanité. Tout comme cette haine monothéiste judaïque au nom du "Livre". En tous cas, il faudrait qu'on repense à une soirée "éthiopienne" pour, sinon refaire le monde avec Fati et Denis, alors passer un moment bon, heureux, et enrichissant avec des êtres qui ne font pas honte à l'humanité. Merci.

    RépondreSupprimer
  13. Cela a l'air d'une blague, mais je peux vous assurer que ce n'en est pas une. Ou alors, je n'ai pas le sens de l'humour, car plus j'analyse le Coran, et plus je me dis que l'humanité est cinglée !

    RépondreSupprimer
  14. Très cher David, vous m'avez enfin reconnu ! Votre sagacité a encore de beaux jours devant elle, voilà de quoi me réjouir. Je serais une fois de plus "angélisé" par votre présence, avec ou sans restaurant. Cela dit, j'ai tellement envie de venir à votre rencontre, en Israël ou, pour mieux dire, en terres hébraïques (j'insiste sur le pluriel, cela va sans dire)... Oui, l'humanité est cinglée et nous n'en auront pas fini d'en discuter. Sincères amitiés.

    RépondreSupprimer
  15. Cher "Kevin-Florent". Ce serait pour moi un réel plaisir de t'accueillir au Pays des Hébreux. Ma porte est ouverte et je te souhaite la bienvenue le plus tôt possible. Nos sujets de discussions seront certes variés et éclectiques. Mais avec en "rab", comme je te l'avais promis, un petit cours d'hébreu. Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  16. https://www.youtube.com/watch?v=y4CuKl6gKSA.
    David ci joint un lien a voir avec delectation sur l'islam . c'est une video faite par un certain frère rachid ancien musulman converti au christianisme qui démontre que l'islam n'est pas une religion de paix.
    Il y a beaucoup d'autres videos en anglais et en arabe sous titré en français.
    bonne video

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Alain. Oui, j'ai attendu parler de lui. Je verrai ses vidéos avec attention. Merci. Une seule remarque : Rachid s'exprime en tant que croyant chrétien. Ma critique de l'islam par contre, est purement rationnelle.

    RépondreSupprimer
  18. il s'exprime effectivement en tant que chrétien aujourd'hui mais il a était musulman ayant appris le coran auprès de son père imam au Maroc. D'ailleurs dans une de ses videos il parle à son père.

    RépondreSupprimer
  19. Rebonjour Alain. Les ex-musulmans, ayant une bonne connaissance du Coran, sont en effet aptes à faire une critique étayée de l'islam. La conversion de Rachid au christianisme est certes son droit le plus strict. Toutefois, et autant que j'avais pu le voir dans ses vidéos, il me semble que sa critique de l'islam pèche parfois par manque de rationalisme. Mais je revisionnerai ses vidéos pour en avoir le coeur net. Bien à vous !

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.