Home » , , » Les versets sataniques de la Bible

Les versets sataniques de la Bible


Les apologistes du judaïsme vantent souvent les valeurs éthiques du Pentateuque (la Torah de Moïse), mais occultent les versets qui prônent et incitent à la coercition et à l'intolérance, à la violence et au crime, à l’immoralité et à la prédation machiste sexuelle etc…
Voici quelques exemples (en hébreu et en français) :  
Exode 22, 17 :
מְכַשֵּׁפָה, לֹא תְחַיֶּה
Tu ne laisseras pas vivre la sorcière.
Exode 31, 15 :
כָּל-הָעֹשֶׂה מְלָאכָה בְּיוֹם הַשַּׁבָּת, מוֹת יוּמָת
Quiconque fera un ouvrage le jour du shabbat, sera condamné à mort.
Exode 32, 27- 35 :
כז וַיֹּאמֶר לָהֶם, כֹּה-אָמַר יְהוָה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל, שִׂימוּ אִישׁ-חַרְבּוֹ, עַל-יְרֵכוֹ; עִבְרוּ וָשׁוּבוּ מִשַּׁעַר לָשַׁעַר, בַּמַּחֲנֶה, וְהִרְגוּ אִישׁ-אֶת-אָחִיו וְאִישׁ אֶת-רֵעֵהוּ, וְאִישׁ אֶת-קְרֹבוֹ. כח וַיַּעֲשׂוּ בְנֵי-לֵוִי, כִּדְבַר מֹשֶׁה; וַיִּפֹּל מִן-הָעָם בַּיּוֹם הַהוּא, כִּשְׁלֹשֶׁת אַלְפֵי אִישׁ. כט וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה, מִלְאוּ יֶדְכֶם הַיּוֹם לַיהוָה, כִּי אִישׁ בִּבְנוֹ, וּבְאָחִיו--וְלָתֵת עֲלֵיכֶם הַיּוֹם, בְּרָכָה. לה וַיִּגֹּף יְהוָה, אֶת-הָעָם, עַל אֲשֶׁר עָשׂוּ אֶת-הָעֵגֶל, אֲשֶׁר עָשָׂה אַהֲרֹן.

Exode 32.27 Il leur dit : Ainsi parle Yahweh, le Dieu d'Israël: mettez chacun de vous son épée sur sa hanche ; traversez et parcourez d'une porte à l'autre le camp, et que chacun tue son frère, son prochain, son proche. Exode 32.28 Et les enfants de Lévi firent selon la parole de Moïse; et périrent parmi le peuple ce jour-ci environ trois mille hommes 32.29 Et Moïse dit : Remplissez (de sang) vos mains aujourd'hui à Yahweh, même par son fils et son frère, afin qu'il vous accorde aujourd'hui une bénédiction. Exode 32.35 L'Éternel frappa le peuple, parce qu'il avait fait le veau, qu'avait fait Aaron.

Lévitique 20, 13 :
וְאִישׁ, אֲשֶׁר יִשְׁכַּב אֶת-זָכָר מִשְׁכְּבֵי אִשָּׁה--תּוֹעֵבָה עָשׂוּ, שְׁנֵיהֶם; מוֹת יוּמָתוּ, דְּמֵיהֶם בָּם
Et un homme qui couchera avec un mâle des couchages de femme, ils ont fait une abomination tous deux; ils seront condamnés à mort : leur sang en eux.
Lévitique 20, 18:
וְאִישׁ אֲשֶׁר-יִשְׁכַּב אֶת-אִשָּׁה דָּוָה, וְגִלָּה אֶת-עֶרְוָתָהּ אֶת-מְקֹרָהּ הֶעֱרָה, וְהִוא, גִּלְּתָה אֶת-מְקוֹר דָּמֶיהָ- וְנִכְרְתוּ שְׁנֵיהֶם, מִקֶּרֶב עַמָּם.
Et un homme qui couchera avec une femme ayant son flux et découvre son sexe, c'est sa source qu'il a pénétré, et elle a découvert la source de ses sangs, ils seront tous deux retranchés du milieu de leur peuple.
Lévitique 20, 27 :
וְאִישׁ אוֹ-אִשָּׁה, כִּי-יִהְיֶה בָהֶם אוֹב אוֹ יִדְּעֹנִי--מוֹת יוּמָתוּ; בָּאֶבֶן יִרְגְּמוּ אֹתָם, דְּמֵיהֶם בָּם.
Et un homme ou une femme qui aurait en eux du spiritisme ou de la divination, ils seront condamnés à mort ; par pierre on les lapidera, leur sang en eux.
Lévitique 24, 16 :
וְנֹקֵב שֵׁם-יְהוָה מוֹת יוּמָת, רָגוֹם יִרְגְּמוּ-בוֹ כָּל-הָעֵדָה
Celui qui percera le nom de Yahweh sera condamné à mort : on le lapidera toute la communauté.
Les Nombres 25, 1-5 :
וַיֵּשֶׁב יִשְׂרָאֵל, בַּשִּׁטִּים; וַיָּחֶל הָעָם, לִזְנוֹת אֶל-בְּנוֹת מוֹאָב. ב וַתִּקְרֶאןָ לָעָם, לְזִבְחֵי אֱלֹהֵיהֶן; וַיֹּאכַל הָעָם, וַיִּשְׁתַּחֲווּ לֵאלֹהֵיהֶן. ג וַיִּצָּמֶד יִשְׂרָאֵל, לְבַעַל פְּעוֹר; וַיִּחַר-אַף יְהוָה, בְּיִשְׂרָאֵל. ד וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה, קַח אֶת-כָּל-רָאשֵׁי הָעָם, וְהוֹקַע אוֹתָם לַיהוָה, נֶגֶד הַשָּׁמֶשׁ; וְיָשֹׁב חֲרוֹן אַף-יְהוָה, מִיִּשְׂרָאֵל. ה וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה, אֶל-שֹׁפְטֵי יִשְׂרָאֵל: הִרְגוּ אִישׁ אֲנָשָׁיו, הַנִּצְמָדִים לְבַעַל פְּעוֹר 25.1
Et Israël demeurait à Shittim; et commença le peuple à se livrer à la débauche avec les filles de Moab. 25.2 Et elles invitèrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux. 25.3 Et s'attacha Israël à Ba'al Pe'or, et s'enflamma l'ire de Yahweh contre Israël. 25.4 Et Yahweh dit à Moïse: Prends tous les chefs du peuple, et fais-les pendre devant Yahweh face au soleil, et se détourna l'ire de Yahweh d'Israël. 25.5 Et Moïse dit aux juges d'Israël : Que chacun de vous tue ceux de ses gens qui se sont attachés à Ba'al Pe'or.

Nombres 31, 15-18 :
טו וַיֹּאמֶר אֲלֵיהֶם, מֹשֶׁה: הַחִיִּיתֶם, כָּל-נְקֵבָה. טז הֵן הֵנָּה הָיוּ לִבְנֵי יִשְׂרָאֵל, בִּדְבַר בִּלְעָם, לִמְסָר-מַעַל בַּיהוָה, עַל-דְּבַר-פְּעוֹר; וַתְּהִי הַמַּגֵּפָה, בַּעֲדַת יְהוָה. יז וְעַתָּה, הִרְגוּ כָל-זָכָר בַּטָּף; וְכָל-אִשָּׁה, יֹדַעַת אִישׁ לְמִשְׁכַּב זָכָר--הֲרֹגוּ. יח וְכֹל הַטַּף בַּנָּשִׁים, אֲשֶׁר לֹא-יָדְעוּ מִשְׁכַּב זָכָר--הַחֲיוּ, לָכֶם. 31.15
Et leur dit Moïse : Pourquoi avez-vous laissé la vie à toute femelle ? 31.16 Certes, ce sont elles qui furent pour les Fils d'Israël, sur la parole de Balaam, une incitation à l'infidélité envers Yahweh, au sujet de Pe'or; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de Yahweh. 31.17 Et maintenant, tuez tout mâle parmi les enfants, et toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui, tuez-la ! 31.18 Et toute enfant parmi les femmes qui n'ont point connu la couche d'un homme, laissez-en vie pour vous.

Deutéronome 2, 34-35 : לד וַנִּלְכֹּד אֶת-כָּל-עָרָיו, בָּעֵת הַהִוא, וַנַּחֲרֵם אֶת-כָּל-עִיר מְתִם, וְהַנָּשִׁים וְהַטָּף: לֹא הִשְׁאַרְנוּ, שָׂרִיד. לה רַק הַבְּהֵמָה, בָּזַזְנוּ לָנוּ, וּשְׁלַל הֶעָרִים, אֲשֶׁר לָכָדְנוּ. 2.34 
Et nous prîmes toutes ses villes, en ce temps-là, et nous avons jeté l'anathème sur chaque ville, hommes, et femmes et enfants; nous ne laissâmes pas un survivant. 2.35 Seul le bétail, nous pillâmes pour nous et le butin des villes que nous avions saisies.

Deutéronome : 7, 1-5 : א כִּי יְבִיאֲךָ, יְהוָה אֱלֹהֶיךָ, אֶל-הָאָרֶץ, אֲשֶׁר-אַתָּה בָא-שָׁמָּה לְרִשְׁתָּהּ; וְנָשַׁל גּוֹיִם-רַבִּים מִפָּנֶיךָ הַחִתִּי וְהַגִּרְגָּשִׁי וְהָאֱמֹרִי וְהַכְּנַעֲנִי וְהַפְּרִזִּי, וְהַחִוִּי וְהַיְבוּסִי--שִׁבְעָה גוֹיִם, רַבִּים וַעֲצוּמִים מִמֶּךָּ. ב וּנְתָנָם יְהוָה אֱלֹהֶיךָ, לְפָנֶיךָ--וְהִכִּיתָם: הַחֲרֵם תַּחֲרִים אֹתָם, לֹא-תִכְרֹת לָהֶם בְּרִית וְלֹא תְחָנֵּם. ג וְלֹא תִתְחַתֵּן, בָּם: בִּתְּךָ לֹא-תִתֵּן לִבְנוֹ, וּבִתּוֹ לֹא-תִקַּח לִבְנֶךָ. ד כִּי-יָסִיר אֶת-בִּנְךָ מֵאַחֲרַי, וְעָבְדוּ אֱלֹהִים אֲחֵרִים; וְחָרָה אַף-יְהוָה בָּכֶם, וְהִשְׁמִידְךָ מַהֵר. ה כִּי-אִם-כֹּה תַעֲשׂוּ, לָהֶם--מִזְבְּחֹתֵיהֶם תִּתֹּצוּ, וּמַצֵּבֹתָם תְּשַׁבֵּרוּ; וַאֲשֵׁירֵהֶם, תְּגַדֵּעוּן, וּפְסִילֵיהֶם, תִּשְׂרְפוּן בָּאֵשׁ. 7.1
Lorsque Yahweh ton Dieu, t'aura fait entrer dans le pays dont tu vas là-bas pour en hériter, et qu'il aura dépossédé beaucoup de nations devant ta face, le Hiti, et le Guirgashi, et l'Amori, et le Cana'ani, et le Perizi, et le Hiwi et les Yebussi, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi; 7.2 Et Yahweh ton Dieu, te les aura livrées et tu les auras frappées, tu jetteras sur eux l'anathème, tu ne traiteras point d'alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce. 7.3 Tu ne contracteras point de mariage avec eux, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils; 7.4 Car il détournera ton fils de moi, et ils serviront d'autres dieux, et s'enflammera l'ire de Yahweh contre vous et il t'exterminera. 7.5 Car ainsi vous leur ferez : vous pulvériserez leurs autels, et vous briserez leurs statues, et vous sectionnerez leurs arbres sacrés, et leurs idoles vous brûlerez au feu.
Deutéronome 7, 16 : טז וְאָכַלְתָּ אֶת-כָּל-הָעַמִּים, אֲשֶׁר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ נֹתֵן לָךְ--לֹא-תָחוֹס עֵינְךָ, עֲלֵיהֶם; וְלֹא תַעֲבֹד אֶת-אֱלֹהֵיהֶם, כִּי-מוֹקֵשׁ הוּא לָךְ.
Et tu dévoreras tous les peuples que Yahweh ton Dieu te livre, et que ton œil n'ait pas pitié d'eux, et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi.
Deutéronome 22, 28-29 : כח כִּי-יִמְצָא אִישׁ, נַעֲרָ בְתוּלָה אֲשֶׁר לֹא-אֹרָשָׂה, וּתְפָשָׂהּ, וְשָׁכַב עִמָּהּ; וְנִמְצָאוּ. כט וְנָתַן הָאִישׁ הַשֹּׁכֵב עִמָּהּ, לַאֲבִי הַנַּעֲרָ--חֲמִשִּׁים כָּסֶף; וְלוֹ-תִהְיֶה לְאִשָּׁה, תַּחַת אֲשֶׁר עִנָּהּ--לֹא-יוּכַל שַׁלְּחָהּ, כָּל-יָמָיו.
22.28 Si un homme trouve une jeune fille vierge non fiancée, et la saisit et couche avec elle, et qu'ils sont trouvés 22.29 l'homme qui aura couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante sicles d'argent; et elle sera sa femme, en contrepartie de ce qu'il l’a violentée, et il ne pourra pas la répudier, tous ses jours.
Dans ce dernier verset, non seulement la violée se fait violenter, mais elle devra encore subir d’être la femme de son violeur, toute sa vie !!! Et la seule punition faite au violeur, c’est 50 shekels !
Est-ce vraiment là un "progrès éthique" par rapport à l’époque !
Juste un petit rappel d’un verset du Livre de Josué qui pousse au paroxysme cette folie criminelle monothéiste : « Et ils jetèrent l'anathème sur tout ce qu'il y avait dans la ville, depuis l'homme jusqu'à la femme, depuis l'enfant jusqu'au vieillard, et jusqu'au bœuf, et au mouton, et à l'âne, tout passa par le fil de l'épée. » (Josué 6, 21).
Ainsi, même le bétail est la proie de cette haine assassine anti-polythéiste orchestrée par Yahweh !

Est-ce bien ici la prestigieuse Sainte Bible, le livre le plus lu et traduit sur la surface de la terre, et qui « donna à l'humanité ses valeurs les plus éternelles » ? Ces versets du Pentateuque et du Livre de Josué, avec quelques substitutions de noms et de lieux, ne ressemblent-ils pas à s'y méprendre aux innombrables appels à la razzia meurtrière contenus dans le Coran, et perpétrés par les jihadistes ?
Salman Rushdie les aurait sans doute appelés « sataniques ». Et pourtant, il y a ici une circonstance atténuante que le Coran et l’islam n’ont pas : tous ces versets ci-dessus sont fictifs ! Ils n'ont jamais eu lieu ! A la différence des razzias et exterminations bel et bien perpétrés par les hordes musulmanes.
En vérité, il n'y a jamais eu de "conquête génocidaire" de Canaan par les Fils d'Israël. Car les Hébreux n'ont jamais été "esclaves en Egypte", ils n'ont jamais quitté la terre dont ils étaient les autochtones, et Hébreux et Cananéens n'étaient qu'un seul et même peuple !
Le Pentateuque (et le Livre de Josué) est en grande partie une fiction théologico-littéraire rédigée a posteriori par des scribes scrogneugneux de la secte monothéiste de Jérusalem, exilés à Babylone par Nabuchodonosor.

Humiliés de voir que les dieux-idoles des polythéistes ont terrassé Yahweh leur Dieu-un “omnipotent, omniscient, et invincible”, ces scribes exilés judaïques se sont inventés et concoctés des actes de bravoure guerrière et de pseudo "virilité" monothéiste, pour calmer leurs angoisses existentielles de vaincus et de frustrés ! 

8 коммент.:

  1. Bonjour David,

    Si je comprends bien la logique de cet article, ajoutée à celle d'autres articles et de vos livres et vidéos (sinon je ne suis pas sûr que je serais arrivé à cette -bonne j'imagine - conclusion, vous cherchez à démontrer ici que les "racines du mal" comme on dirait, ne proviennent pas - uniquement - du Coran et de l'islam, mais qu'on les trouve avant tout (les racines) dans le monothéisme biblique. Qui est la source de l'ensemble du monothéisme.
    Mais pour vous avoir lu et regardé ailleurs (chez vous) je crois savoir également que vous nuancez ces propos non pas seulement en affirmant (comme vous le faites ici) qu'à la différence des hordes musulmanes, les Hébreux ont inventé ces histoires pour se redorer le blason mais n'ont pas pratiqué ces actes, mais aussi (vous nuancez) également par le fait que la Bible n'est pas composée uniquement du Pentateuque et de ses passages les plus violents, ni du Livre de Josué (qui raconte la fausse conquête de Canaan par les Israélites), mais également de nombreux autres livres qui s'étalent dans le temps et dont certains sont beaucoup plus progressistes si j'ose dire - le terme est peut-être un peu fort ? A vous de me le dire - que d'autres. (Vous nuancez également les Evangiles pour tout un tas de raisons, à commencer par le fait que le monothéisme chrétien n'est pas strict ou pur comme vous voudrez).
    (suite après ...)

    RépondreSupprimer
  2. Suite du précédent message.

    Vous nuancez également en admettant que les actes du type de la femme violée n'ont pas été pratiqués (en tout cas on n'en a pas de trace) de façon répandue et ont été très tôt (ça on en a des traces justement) supprimés ou réformés par la tradition judaïque même si vous critiquez férocement cette dernière par ailleurs pour tout un tas de choses.

    Aussi pour conclure mon propos trop long et un peu fouillis je l'admets, la Bible servirait de corpus idéologique -et pratique en fait - dans lequel est contenu une forme de philosophie - ou des injonctions, des lois, des règles - en partie archaïque et criminelle - même si pas seulement - qui a pu servir par la suite au développement d'idéologies qui en sont dérivées et qui ont véritablement mis en pratique les principes qui y sont contenus (alors que les Hébreux l'ont très vite remis en cause).
    Pour oser une comparaison à la légère, c'est un peu comme on attribue au rousseauisme aujourd'hui une philosophie de déni de la responsabilité individuelle qui a pu engendrer deux siècles plus tard des formes de conceptions totalement irresponsables, je ne m'étends pas. A la différence peut-être que je ne suis pas sûr qu'on puisse attribuer à Rousseau seul la volonté ou capacité d'imaginer les dérives que sa philosophie a pu entraîner lorsque relue ou interprétée deux siècles plus tard, tandis que les auteurs qui ont écrit les passages les plus violents ne laissent pas de place au doute, il ne s'agit pas de conception philosophique du monde à proprement parler mais d'actes précis à exécuter lorsqu'on est confronté à tel ou tel cas (comme le viol d'une vierge qui vient à être connu). Si bien que certains successeurs de ces auteurs, semble-t-il choqués par ces propos, ont cherché à ne pas les appliquer par tous les moyens.
    Je crois que vous avez eu une phrase qui résume bien le propos dans une de vos vidéos - je traduis de l'hébreu et cite de mémoire - : "l'islam réalise les fantasmes du judaïsme" visant par là (pour judaïsme) les auteurs les plus radicaux des débuts ainsi sans doute que les rabbins pharisiens qui leur succédèrent en s'imposant sur les différentes "sectes" qui s'opposaient dans leur interprétation de textes nombreux et fort diversifiés.
    Une autre phrase d'un jeune auteur que j'ai eu l'occasion de lire également dans un livre qui s'intitule L'an prochain à Tel Aviv, un excellent roman simple à lire et qui introduit en même temps quelques réflexions philosophiques, me paraît également convenir. Le narrateur y disait une phrase qui résume bien les choses aussi à mon sens : "les musulmans reprochent aux juifs de ne pas appliquer leur livre, et les juifs reprochent aux musulmans d'appliquer le leur".

    Très cordialement,
    Francis.

    Veuillez pardonner ce message un peu confus mais sur un blog j'aime parfois écrire un peu au fil de la plume sans trop d'organisation.

    RépondreSupprimer
  3. A Francis. Vos deux commentaires sont une bonne synthèse, et assez fidèle, de mon article. Néanmoins, je remarquerai que dans vos propos le terme "Hébreu" y est employé de manière indistincte : on ne sait pas si vous faites allusion aux Hébreux anciens, donc animistes, totémistes, polythéistes, ou aux Hébreux hénothéistes, donc pré-israélites et israélites, ou aux Hébreux monothéistes, donc israélites et post-israélites ou judaïsés ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonne remarque. Je l'ai effectivement employé de façon indistincte en parlant des Hébreux en tant que peuple à différentes époques.
    Cela fait-il une différence quant au propos ? J'entends par là, certains Hébreux ont-il plus ou moins appliqués ceci ou cela ? A quoi vouliez-vous faire allusion ?

    RépondreSupprimer
  5. Je faisais allusion à votre phrase : "les Hébreux ont inventé ces histoires pour se redorer le blason". Or, aucun Hébreu n'aurait pu se déclarer "étranger" sur sa terre, dont il était lui et ses ancêtres les indigènes et les autochtones. Seul un Hébreu monothéiste judaïsé pré-exilique et a fortiori post-exilique, ait pu oser le faire. Voilà une des raisons de l'importance de cette distinction pour éclaircir votre propos.

    RépondreSupprimer
  6. Entendu merci.
    Une précision, sait-on avec plus ou moins de précision quand et qui a écrit le Livre de Josué, qui semble être le plus violent du canon biblique ?
    Francis

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Francis. Très bonne question ! Le livre de Josué - tout comme le Pentateuque - est une compilation qui a fait usage de documents plus anciens que l'époque de sa rédaction finale. A cause de ce fait, on peut trouver chez les chercheurs et les exégètes un éventail très large d'opinions, de thèses, et d'hypothèses. Certaines, font remonter sa date de rédaction à l'époque de Samuel, d'autres la retardent bien après l'exil de Babylone, et la plupart la placent lors des évènements de l'époque même qui ont provoqué l'exil de Babylone. Pour ma part, je me range sur cette dernière opinion. Quant à son compilateur-rédacteur, il faut le chercher dans le cercle des disciples de Jérémie et de son scribe Barukh Ben Neryah. De nombreux indices littéraires, étymologiques, philologiques, historiques, et théologiques, poussent à cette conclusion. Mais il faudrait tout un ouvrage pour les étayer.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.