Home » » Mahomet, le Coran, et l'islam pour les nuls

Mahomet, le Coran, et l'islam pour les nuls





A l'époque de Mahomet (Muhammad) –soit à la fin du VIème siècle après J.-C, la grande majorité des autochtones de la péninsule du Hedjaz, avaient des croyances polythéistes et pratiquaient le culte des astres (surtout lunaire). Néanmoins, le judaïsme et le christianisme avaient fait des adhérents et des néophytes.


Les représentants de ces deux religions, les rabbins judaïco-talmudiques et les moines et prêtres chrétiens (ainsi que des sectes dissidentes d'obédience judaïque ou christique ou encore judaïco-christique comme les judéo-nazaréens) s'affrontaient dans des joutes théologiques interminables.

Le Coran (et peu importe ici qui l'a rédigé) est une mixture imbuvable de judaïsme et de christianisme, comme si elles étaient les deux mamelles qui l'ont allaité. Certes, le Coran pullule d'anachronismes, d'erreurs, de bourdes, d'absurdités, et de non-sens. Jacob par exemple, est considéré comme le fils d'Ismaël, alors qu'il est son neveu selon la Bible. Et de la manière la plus déconcertante qui soit, Myriam - la mère de Jésus-, est confondue avec Myriam, la sœur de Moïse et d'Aharon. Parfois, il semble que Jésus (Yeshou'a en hébreu) est pris pour Josué (Yehoshu'a en hébreu), le successeur de Moïse. Soit plus de 1000 ans d'écart !

Plus grave encore, le Coran ne sait pas écrire correctement le nom de Ismaël et encore moins celui de Jésus qu'il écrit 'Issa comme s'il s'était agi de Esaü ('Essaw en hébreu), le frère de Jacob ! Nous sommes dans un tel embrouillamini qu'on a l'impression que le rédacteur du Coran a reçu en vrac ce que les rabbins et les prêtres lui racontaient et que dans sa tête tout s'est mélangé !
C'est d'ailleurs ce que lui reprochaient les indigènes mecquois qui conservaient leurs traditions polythéistes. Selon le Coran, ils raillaient Muhammad et lui tançaient : " Arrête Mohammad de nous bassiner et de nous ressortir les bobards que tu entends chez les Juifs et les Chrétiens".

Cela ne signifie pas que le rédacteur du Coran était un sot. Loin de là ! Il a vite compris quel profit il pouvait tirer de l'animosité entre rabbins et prêtres. Il fallait donc les monter les uns contre les autres pour en sortir "l'épingle du jeu".

Il allait donc chez les rabbins, très pointilleux sur le monothéisme, et les caressait dans le sens du poil : "Maudits chrétiens ! Ils sont des « koufours » (hérétiques), ils aiment « ceux qui associent » (les polythéistes, selon la terminologie coranique) ! " Puis, il allait chez les chrétiens et faisait de même en les flattant : "Maudits juifs ! Ils ont rejeté les prophètes et Jésus. Vous par contre, vous êtes de véritables croyants !" Et ainsi de suite, jusqu'au moment où il s'est senti suffisamment fort pour 'envoyer paître' juifs et chrétiens et leur administrer un coup de pied au c…. bien placé. Ce qui est un euphémisme d'ailleurs, parce que à la place du pied, il a pris son épée pour les massacrer, comme à Médine ou à Khaybar.

Néanmoins, et en dépit de la haine toute particulière du Coran à l'encontre des juifs, l'on y trouve plus d'accointances avec le Pentateuque (la Torah) et le judaïsme qu'avec les Evangiles et le christianisme, du moins tel qu'on connaît ce dernier depuis le IVème siècle. Parmi ces accointances, la prohibition du porc, les lois sur la menstruation de la femme, le respect du Shabbat, etc …
Par contre, le Coran cite textuellement la parole d'Evangile : "Ils n'entreront au paradis que lorsqu'un chameau passera par le trou d'une aiguille". Il octroie même à Jésus l'aura d'un prophète eschatologique, celui du "Jugement dernier".
Bref, le rédacteur du Coran était un prédateur, un Machiavel avant l'heure, qui savait manier les dissensions internes pour s'accaparer les textes d'autrui, et ensuite s'imposer par la violence.

Mais alors ? Comment son ridicule Coran est-il devenu "le livre d'Allah par l'intermédiaire de l'Ange Gabriel et de son envoyé Muhammad", pour un milliard d'individus sur terre.
Comment cela est-il possible ? Ou plutôt, comment cela s'est-il passé ? Ces deux questions débordent largement du cadre de notre modeste article, mais je voudrais m'attarder sur deux points.
Le leitmotiv du Coran est toujours que les Juifs ont falsifié la Torah de Moïse et que les chrétiens ont falsifié les Evangiles. Seul le Coran - reçu de l'Ange Gabriel – est l'authentique et exclusive "Ecriture sainte" ! Qui plus est, seul le Coran rédigé en arabe, en est la "signature d'Allah" !
Deux exemples parmi tant d'autres de cette propagande musulmane : " Juifs ! Vous rendez licite ce qui est prohibé et prohibé ce qui est licite ! Moïse n'a jamais dit que le chameau était interdit à la consommation !" Et ensuite, à l'endroit des chrétiens : " Vous êtes des menteurs ! Jésus n'a pas été crucifié ! C'est un autre qui l'a été à sa place ! ". Et ainsi de suite, tout au long du Coran.
Il demeure cependant un point crucial que nous n'avons pas abordé dans ce "Coran pour les nuls " : l'éthique !
 
Comment expliquer la violence d'Allah, le Dieu du Coran, de Muhammad et de l'islam et son jihad barbare et sanguinaire ? Au lieu de s'adoucir par rapport à Yahweh, le Dieu de Moïse, du judaïsme et du Pentateuque qui a été rédigé 1400 ans avant le Coran et où les récits de massacres supposés, n'ont pas eu lieu réellement et ne sont racontés qu'a posteriori pour des besoins théologiques, Allah – le Dieu du Coran - n'a fait que s'encanailler au fil du temps !
Et comment comprendre que 500 ans après que "Dieu le Père" du christianisme ait "donné naissance" à un Hébreu galiléen qui prêchait la miséricorde, le pardon et l'amour du prochain, les musulmans en soient encore à couper une main à un voleur de pain, à pendre un homosexuel et à lapider une femme adultère, et ce jusqu'aujourd'hui, au XXIème siècle et encore et toujours au nom de leur Allah forcené !

Devant une telle régression éthique, des musulmans dits "modérés" cherchent aujourd'hui la petite bête : " Ce n'est pas Jésus qui a aboli la lapidation de la femme au Ier siècle, mais des prêtres chrétiens qui ont glosé le texte et introduit ce passage dans l'Evangile de Jean au IVème siècle."
Cela est évidemment faux. Si dans certains manuscrits des Evangiles, le péricope sur la femme adultérine sauvée par Jésus ("Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre") n'y est pas, c'est parce qu'au contraire il a été ôté par des évêques catholiques bigots et rétrogrades du IVème siècle qui craignaient "un relâchement des mœurs" et que "les femmes ne trompent leurs maris avec l'assentiment de Jésus-Christ" (sic !).
Ou encore, claironnent les musulmans : "Moïse aussi a recommandé de mettre à mort les homosexuels dans la Torah " ! Sans évidemment ajouter que cela fait 2000 ans qu'aucun rabbin n'a ordonné, de facto, la pendaison d'un quelconque homosexuel, juif ou autre !

Mais voilà, ces billevesées confortent les musulmans prétendument "modérés" dans leur malfaisance obscurantiste. Ils y trouvent prétexte pour ne pas bouger le doigt afin d'introduire quelques petits amendements au "texte sacré du Coran", et pour que la (pseudo) tolérance dont ils se flattent et se gargarisent, puisse un tant soit peu montrer le bout du nez.
Et qu'on ne nous abuse pas avec la nouvelle mode d'interpréter le Jihad comme « Guerre sainte intérieure dirigée contre les mauvais penchants ». Ce n'est qu'un plagiat de l'exégèse rabbinique de la « Guerre Sainte contre Amaleq », en tant qu'extirpation du principe du mal.
Qu'on ne nous présente pas non plus le soufisme et ses derviches-tourneurs en quête d'un Dieu d'amour, comme quintessence de l'islam. Avant de se l’accaparer pour montrer patte blanche, l'orthodoxie musulmane a tout fait pour retrancher cette excroissance (voir le sort horrible qui fut réservé à El Hallaj, le chantre du soufisme, supplicié à Bagdad en 922 après J.-C. pour avoir dit, entre autres, que Jésus et non Muhammad était un exemple à suivre !).

Finalement, qu'il y ait des musulmans dits 'modérés', ou "modernes", ou "tolérants", ne change rien au problème. Car le vrai problème, c'est le contenu du Coran et de son Allah cruel, sanguinaire, totalitariste, et criminel. 

David A. Belhassen 

0 коммент.:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.