Home » , , » La fête de Hanoukkah : Héroïque combat de résistance ou 'miracle de la fiole'?

La fête de Hanoukkah : Héroïque combat de résistance ou 'miracle de la fiole'?

Révolte hasmonéenne



Cette année, par les hasards hasardeux, cahoteux et chaotiques du calendrier rabbinique, le premier jour de la fête de Hanoukkah coïncidera avec la nuit de "Noël".
C'est donc l'occasion propice d'en faire l'historique et d'analyser comment cette commémoration a été usurpée et récupérée par les rabbins pharisiens talmudiques, et ce que cette fête est devenue sous leur houlette.

La source première de Hanoukkah (en fait "Hannoukat ha mizbéah", qui signifie en hébreu, "Inauguration de l'Autel"), nous vient du Livre I des Hasmonéens (appelé aussi en français Maccabées I).

Ce livre, écrit par un ancien soldat de "Judah ha Makkabi", - donc le plus authentique et crédible qui soit - nous relate en détail et fidèlement tous les combats - y compris quelques défaites - que les résistants Israélites opposèrent aux occupants Grecs, jusqu'à la victoire finale et jusqu'à les bouter définitivement hors de leur patrie au IIème siècle avant J.-C.

C'était donc avant tout une Guerre de Libération !
Cette guerre de libération populaire avait aussi certaines connotations religieuses. En effet, les occupants Grecs avaient investi Jérusalem, et même avaient "souillé" le Sanctuaire de Yahweh et son Autel.

Lorsque les résistants de l'armée populaire de Judah ha Makkabi, libérèrent le Sanctuaire et "purifièrent" l'Autel, ils décidèrent de commémorer ce jour, le 25 du mois de 9ème mois de "Kislew", en instaurant une fête pour les générations à venir. (Livre I.Hasmonéens, chap 4).

Le livre II des Hasmonéens, donc écrit un peu plus tard, nous donne une explication sur la durée des "huits jours de Hanoukkah". Il nous dit que Judah ha Makkabi et ses soldats se souvinrent que cette même année, ils ne purent célébrer "la Fêtes des Huttes" (en français, "Fête des Cabanes" ou Fête des Tabernacles"), qui durait 8 jours (y compris le dernier jour, appelé "Huit de rassemblement"). Ils prirent donc l'engagement exceptionnel et ad hoc de célébrer la "Fête des Huttes" du septième mois, en la déplaçant au neuvième mois, mais de conserver la " Fête de l'inauguration de l'Autel" durant huit jours, dès le 25 du neuvième mois pour les générations à venir. (Livre II. Hasmonéens, chap 10).

Bien que cette victoire à Jérusalem, ne constitua qu'un épisode de toute la révolte, et qu'il fallut encore attendre vingt ans de combats acharnés jusqu'au recouvrement de la souveraineté israélite dans toutes les limites de leur patrie, célébrer "Hannukah" est donc avant tout une sorte de commémoration de la "Déclaration d'Indépendance d'Israël", qui précéda de plus de 2100 ans, la "Déclaration d'Indépendance de l'Etat d'Israël", que prononça Ben Gourion en 1948 !
Dans ce Livre I des Hasmonéens, il n'est nullement question de "miracles divins", mais d'escarmouches, de combats acharnés contre l'occupant, et d'efforts humains, "trop humains".

Et qu'à fait – plus de trois cent ans plus tard ! -, le judaïsme pharisien rabbinique de cette guerre de résistance ? Un récit enfantin et débile sur le "miracle" d'une fiole d'huile alimentant le Candélabre du sanctuaire et qui se serait consumée en huit jours au lieu d'un seul. (Voir Meguilat Ta'anit et Traité "shabbat" du Talmud dit "babylonien")

Sofganiot et bougies


Il est à noter que la compilation mishnaïque rabbinique fin IIème siècle-début IIIème siècle après J.-C), nous abreuve d'exégèses et de "décrets d'Halakhah" sur Pourim et leur "Méguilat Esther", ce livre scabreux, obscène, orgiaque, et sordide qu'ils ont concocté pour faire pendant et concurrence à Hanoukkah qu'ils voulaient abolir. Par contre, cette compilation mishnaïque n'accorde même pas un traité à Hanoukkah ! Elle l'ignore totalement et intentionnellement ! Elle a même réussi à extirper le Livre I des Hasmonéens du Canon biblique pour y introduire à sa place et subrepticement "le Rouleau d'Esther".

Pour quelles raisons ? Tout d'abord, parce que la fête de Hanoukkah était célébrée par le courant des Sadducéens, qui la considéraient comme une commémoration sacrée, et qui refusaient de fêter "Pourim" qu'ils avaient en horreur, tant le "Rouleau d'Esther" contredisait leurs valeurs et leurs principes de Cohanim et d'Israélites, fiers et patriotes. Et ensuite, parce que Hanoukkah était une commémoration de résistance contre l'occupant étranger, et que les rabbins pharisiens ne voulaient surtout pas se mettre à mal avec leurs maîtres Romains, dont ils étaient les fidèles collabos !
Entre parenthèses, cette commémoration de Hanoukkah est mentionnée à la fin du Ième siècle après J.-C, par Yossef Ben Mattytyahou (Flavius Josephe) dans son livre "Antiquités juives" (livre 12, chap 7). Il l'appelle " Fête du feu" en évoquant le feu "sacré" allumé pour la combustion des sacrifices d'animaux sur l'Autel du Sanctuaire de Jérusalem.

Hanoukkah est également mentionnée dans l'Evangile de Jean (10.22) où elle est appelée « Fête de la Dédicace » de l'Autel. Jean nous relate, le plus naturellement au monde, que Yeshou'a- Jésus "monta" à Jérusalem pour la célébrer et que c'était l'hiver, donc bel et bien la date du 25 du mois de Kislew. Ce qui est une référence indubitable non seulement de la popularité de cette commémoration, mais aussi que le Livre I Hasmonéens était considéré par Yeshou'a-Jésus comme inspiré, donc "biblique" !
 
Quant à la "Guemarah" (la partie du Talmud qui interprète la Mishnah), compilée au IVème-Vème siècle après J.-C, elle adopte posture "schizo" à l'égard de Hanoukkah. Si cette commémoration est totalement absente de la compilation dite du "Talmud de Jérusalem", elle est bel et bien présente dans celle dite du "Talmud de Babylone".

Le premier (Talmud de Jérusalem) fut compilé principalement vers le Vème après J.-C, et le second (Talmud de Babylone) fut compilé près d'un siècle plus tard. Il y a peu de différences entre les deux Talmuds, si ce n'est en volume, et tous deux sont représentatifs de l'enseignement pharisien de la "Maison de Hillel" et s'opposent à l'enseignement de la "Maison de Shammaï", plus porté sur le patriotisme.

Certes, le Talmud de Babylone édulcore cette commémoration et en fait une fête du "miracle" de la fiole d'huile. Néanmoins, comment expliquer que le Talmud de Babylone enfreint la Mishnah en évoquant Hanoukkah si exécrée par les pharisiens ?
La raison est que des Israélites exilés et restés en Babylonie, eurent vent de l'héroïsme de la révolte des Hasmonéens, et ensuite des révoltes héroïques anti-romaines, et en particulier celle de Bar-Kokhbah. En effet, ces Israélites exilés en Babylonie, mais ayant conservé une fibre patriotique, ont commencé à poser des questions aux rabbins pharisiens des Yeshivots de Babylone : Comment se fait-il qu'en Israël, non seulement les sadducéens (et tous les autres courants, y compris les pharisiens de la "Maison de Shammaï", mais hormis les pharisiens de la "Maison de Hillel" !), célébraient la commémoration de l'héroïsme des Hasmonéens, et que seuls les pharisiens "hilléliens" de Babylonie l'ignoraient ?


Il est ici à noter que la polémique théologique entre Beth Hillel et Beth Shammaï concernant l'ordre d'allumage des bougies, reflète cette pression populaire. Car Beth Hillel privilégiait un allumage en crescendo. Et Beth Shammaï en ordre contraire. Bet Shammaï décréta que - en souvenir des sacrifices de la fête de Souccoth que les Hasmonéens ne purent célébrer à la bonne date, mais seulement au mois de Kislew de Hanukkah, (donc comme ce qui est affirmé dans le Livre II des Hasmonéens !) – il était impératif d'allumer huit bougies le premier jour et une seule au dernier, tout comme au huitième jour de la fête de Souccot qui était célébré par un seul sacrifice (donc une seule bougie) sur l'Autel du Sanctuaire de Jérusalem.

Cette remontrance populaire qui commença à se profiler vers le II-IIIème siècle après J.-C s'amplifia lorsque des nouvelles fraiches d'Israël arrivèrent en Babylonie au IVème siècle après J-.C, et annoncèrent l'imminence de la possibilité de reconstruction du Temple de Jérusalem - donc d'une sorte de nouveau "Hanoukkah" - avec l'accord de "Julien l'apostat", l'empereur Romain défavorable aux chrétiens et favorable aux "Juifs". Le silence des pharisiens de Babylone face à ces expressions de ferveur "nationale", les firent douter du "patriotisme" des pharisiens. Ils leur demandèrent des "comptes". C'est alors que les pharisiens n'eurent d'autre choix que de leur "montrer patte blanche", en évoquant du bout des lèvres la révolte hasmonéenne, tout en la métamorphosant en "miracle de la fiole ".

Et depuis, et jusques aujourd'hui, les Juifs du monde entier sont bernés par l'usurpation pharisienne de l'héroïsme de nos ancêtres Hébreux Israélites du courant sadducéen, et la récupération rabbinique de la commémoration de Hanoukkah, pour en faire une orgie consommatrice de "boustifaille de gâteaux à l'huile", sinon en jeux de toupie pour les gosses !

David Belhassen

27 коммент.:

  1. Monsieur David votre sérieux et votre cynisme me mettent dans un état proche de l'éthylisme.
    Comment expliquez-vous qu'un enfant trouve concevable un âne qui parle dans un film et pas un adulte?
    Les miracles ont de nécessité la symbolique qu'ils génèrent.
    Pourquoi brisez vous cela?
    Nejma


    RépondreSupprimer
  2. A Nejma. je brise cela parce que, malheureusement, ce ne sont pas d'innocents enfants qui dirigent le monde, mais des adultes cruels, sournois, avides de pouvoir, et qui exploitent "la symbolique de ces miracles", pour assouvir leur volonté inextinguible de puissance !

    RépondreSupprimer
  3. Certes David mais ce n'était pas là où je souhaitais vous emmener.
    Connaissez-vous
    Discours sur les Miracles de John Locke

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connais pas ce discours de Locke. Mais tout concept de mythe, de légende, de récit de miracle, de "pensée symbolique", a été, et est à mon avis, néfaste pour l'humanité, car il laisse grande ouverte la possibilité de manipulation des esprits.

    RépondreSupprimer
  5. Justement David allez lire son discours il est redoutable dans la critique du sacré.
    Vous allez certainement apprécier.

    RépondreSupprimer
  6. Les hommes,s’inventent par eux-mêmes des idoles devant lesquelles ils s’agenouillent. Opinions ridicules, vaines, absurdes, fantasques, vis-à-vis desquelles, non seulement, ils arborent un respect déplacé, mais acceptent même parfois de se battre ou de mourir pour les défendre. Ils ne voient pas que leurs principes sont issus d’eux-mêmes et ils entraînent Dieu dans leurs adhésions aveugles. Ce qui n’est autre qu’éducation, habitude passive, n’a rien de principes innés.

    RépondreSupprimer
  7. C'est ce qu'on appelle : "Et l'homme créa Dieu à son image"...

    RépondreSupprimer
  8. C'est de Locke David pas de moi il demonte très bien le concept de miracle et vous devriez le lire.

    RépondreSupprimer
  9. David pourquoi y a t'il eu plusieurs Talmud?

    RépondreSupprimer
  10. Nejma. Je lirai Locke attentivement, ne vous en faites pas. Et pour répondre à votre deuxième question, il y a deux talmuds. L'un, rédigé à Babylone, d'où son "Talmud babylonien", et l'autre (moins complet rédigé à Jérusalem, d'où son nom "Talmud jérusalémite". Il y a en fait peu de différences entre ces deux compilations, qui sont une exégèse de la "Mishnah" pharisienne. Et la raison de l'existence de ces deux talmuds est que le courant pharisien, d'origine exilique babylonienne, s'est plus tard implanté en Israël.

    RépondreSupprimer
  11. D'accord et lequel des deux a plus disons d-autorité ?

    RépondreSupprimer
  12. Réponses
    1. Sont ils rédigés dans la même langue?
      Je suppose que non mais lequel est plus contraignant ?

      Supprimer
  13. Les deux talmuds sont rédigés dans la même langue : l'araméen judaïque, et non pas en hébreu. Il y avait quelques différences mineures entre le dialecte araméen des judaïques pharisiens de Babylone et celui des judaïques pharisiens d'Israël, ce dernier ayant été un peu plus influencé par l'hébreu. Mais c'est tout. Donc pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  14. Vous suivez le cheminement de Diderot.

    RépondreSupprimer
  15. A Anonyme. C'est peut-être le cheminement de Diderot. Mais c'est surtout celui de l'analyse historique, de la logique et du ratio.

    RépondreSupprimer
  16. Après m'être régalé d'Allah-Hebdo sauce Corleone, je déguste ici un nouvel article qui explose en bouche.
    Votre plume est affutée comme j'aime, David. Un côté "je ne suis pas venu apporter la paix mais l'épée" dénué de prosélytisme car, que celui qui a des narines pour sentir sente, vous exhalez le factualisme honnête qui ramène l'homme à ce qu'il est : une circonstance historique parmi d'autres.
    De si nombreux égarés semblent ne pas bien comprendre qu'il n'est de société humaine heureuse que celle qui se contente d'être elle-même sans en appeler à un justicier immanent caché derrière les étoiles, infoutu de se faire entendre autrement que par de la grossière gravure sur pierre ou l'envoi d'un ange sans papiers...
    Oui, revenons aux petites peuplades d'antan et débarrassons-nous de tous ces œcuménismes religieux qui, même morts, se survivent par mutation au travers du mondialisme séculaire (ONU, UNESCO, etc.).
    Merci pour vos publications, David. C'est du très bon. Pour ce qui est du pharisianisme et du talmudisme afférent, vous êtes le meilleur iconoclaste qui soit, entre autres talents.

    RépondreSupprimer
  17. Vous allez me faire rougir, Anonyme ! Ce qui serait assez incongru pour un iconoclaste de mon espèce. Mais le coeur a ses raisons que la raison ignore ! En tous cas, un grand merci ! C'est un peu enfantin de ma part, mais même à un âge avancé, j'avoue que j'ai parfois besoin d'une petit "coup de pouce", pour continuer.

    RépondreSupprimer
  18. Il est vrai que vous écrivez très bien Monsieur et c'est en plus très intéressant.

    RépondreSupprimer
  19. David bonsoir
    j'ai besoin de votre avis. Demain soir notre oratoire tunisien ateret moshé nous allons recevoir le rav (lol) benchetrit très connu en France pour son érudition, pour une conference sur les lumières de hanouka.
    J'ai imprimé votre texte et imprimé aussi les references sur les livre des hasmoneens ou machabés que vous indiquez dans votre commentaire sur hanouka. Question pensez vous que je puisse donner vos arguments sur l'usurpation des pharisiens de cette fete sans vous citer bien sur .
    merci beaucoup pour votre réponse.
    ps :je me suis régalé à la lettre de votre texte

    RépondreSupprimer
  20. Bonsoir Alain. Oui, volontiers. Vous pouvez également me citer, si besoin est. Certes, il me semble connaître à l'avance ses réponses, et j'aurais voulu être présent pour lui porter la contradiction, mais laissons les choses se faire d'elles-mêmes. L'important, c'est d'avoir le courage de se remettre en cause et en question.

    RépondreSupprimer
  21. merci de votre encouragement
    J'éspere vous voir lors de mon prochain passage en israel au mois de mars prochain.
    J'y serai pour faire la fête de pourim avec mes petits enfants sabras

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Alain. J'espère moi aussi vous voir. Et à l'occasion, je vous remettrai un long article d'analyse critique sur "Pourim".

    RépondreSupprimer
  23. David bonjour
    j'ai eu une discussion avec mon frère qui est devenu loubavitch après sa bar mitzva, (je me demande encore pourquoi aujourd'hui) sur hanouka et las oh ma surprise il a reconnu qu'effectivement en lui faisant lire les chapitres du livre des hasmonééns, il a eu un doute . Il a chercher une guemara puis m'a avoué qu'il n'y en avait pas pour la fete de hanouka mais une pour pourim. Alors débat amical entre fréres, il a cher cher en hebreux les passages en hebreux des references que vous avez indiqué, à ma grande surprise il s'est lui meme posé cette question pourquoi avoir inventé l'histoire de la fiole d'huile. J'ai quand même remarqué leur presque ignorance de leur part des saducééns qu'ils traitent d'ailleurs d'usurpateurs et d'hellenistes.Voila je voulais vous en faire part car avec le rabin de lundi dernier impossible de communiquer avec lui
    chabbat chalom

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Alain. Cela prouve que votre frère est ouvert d'esprit, et qu'il est intègre dans sa recherche de la vérité. Ce qui n'est pas le cas de la plupart des rabbins. Concernant leur animosité et leur haine envers les sadducéens qu'ils ne cessent de calomnier, à l'occasion j'écrirai un article à ce sujet. Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  25. j'attends avec impatience votre article sur les saducééns
    bien à vous

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.