Home » , » Des éphèbes et des nymphes, ou des raisins blancs et des soûleries dans le “Paradis d’Allah” ?

Des éphèbes et des nymphes, ou des raisins blancs et des soûleries dans le “Paradis d’Allah” ?


Un terrible effet de mode, tel un tsunami linguistique, traverse l'Europe. Il se nomme le "tsunami araméen" ou plutôt sa variante tardive le "tsunami syriaque”.
Les Européens, qu'ils soient laïques ou chrétiens pratiquants, découvrant l'existence des "chrétiens d'Orient" locuteurs du syriaque, se sont soudain pris d'engouement pour leurs "cousins lointains" opprimés et persécutés par les islamistes. L'arrivée de ces migrants de religion chrétienne et de langue syriaque - en Europe et surtout en Allemagne - a décuplé l’engouement pour la langue araméenne et sa variante syriaque.
Depuis le pape dhimmi François et jusques aux "scientifiques universitaires" teutons ou germanophones comme Luxenberg ou Kropp, en passant par le sinistre cinéaste Mel Gibson, c'est désormais "la fièvre aramaïte” ou “la syriaïte aigüe" qui, telle la grippe aviaire, pénètre les corps et les esprits dans le monde occidental !
On n’entend plus que les incantations : "Jésus parlait l'araméen", "Muhammad parlait le syriaque", "les Evangiles ont été écrits en araméen", "le Coran a été écrit en syriaque", "Jésus n'était pas un Hébreu judaïque mais un palestinien araméophone ", “le Coran a été écrit non pas au Hedjaz mais en Syrie" ! Voilà ce qu'on nous martèle sans cesse !
A force, même les théories les plus “fumeuses et fumistes” se métamorphosent en "vérité scientifique" qu'on ne peut remettre en cause. Ce nouveau "mythe du XXIème siècle" fait d'une pierre trois coups : 1. L'Occident chrétien se déculpabilise de mille ans de passivité et d'indifférence au sort des chrétiens d'Orient. 2. Il se débarrasse de l'encombrant hébreu et se dédouane de toute redevance à la culture hébraïque, sans pour cela être accusé "d'antisémitisme". 3. Il rend le Coran plus "abordable" à un occidental. Hallelouïah (entre parenthèses, expression hébraïque qui signifie "Louez Yahweh") !
Une des manifestations concrètes (et grinçantes) de ce nouveau mythe se traduit par le succès que récoltent certains ouvrages canonisant cette théorie. L'ouvrage de Luxenberg par exemple est devenu un “best-seller”, la "coqueluche" de tous les "bien-pensants". Depuis l'édition de son ouvrage "Lecture syro-araméenne du Coran. Contribution pour décoder la langue coranique" ("Die Syro-Aramäische Lesart des Koran : Ein Beitrag zur Entschlüsselung der Koransprache"), Luxenberg a été intronisé par les médias : "le grand ponte du Coran".
La méthodologie de Luxenberg part de l’axiome que la "lingua franca" depuis l'époque de Jésus jusqu'à celle de Muhammad, est le "syro-araméen". Fini l'hébreu, considéré désormais "langue morte" ! Enterrés les centaines de mots hébreux du Coran qui prouvent, du propre témoignage de son ou de ses rédacteurs, que le texte coranique s'est inspiré de la Torah (le Pentateuque). Tout cela est dorénavant balayé ! Le syro-araméen caracole et au diable l'hébreu ! Et même au diable le himyarite (langue sudarabique qui est la base de la langue coranique) ! Et ce, en dépit du fait que le Coran répète plusieurs fois qu'il a été rédigé en langue arabique ! Rien n'y fait ! On ne peut faire boire à qui n'a subitement plus soif de connaissances.
L'obsession pathologique de ces "islamologues" les pousse à la mauvaise foi patente en niant l'existence même d'une langue sudarabique himyarite avant la rédaction du Coran ! Pire ! Ces derniers temps, une dernière trouvaille a été posée sur l'édifice de la mauvaise foi et la supercherie - en exploitant malicieusement les attentats islamistes - afin de faire accepter la "théorie syro-araméenne". La voici : « Les jihadistes tuent en espérant rejoindre le paradis d'Allah pour batifoler avec les "houris", or ces jeunes nymphes éternellement vierges, sont en fait … des raisins blancs ! ».
Ainsi, les Occidentaux peuvent s'en donner à cœur-joie ! "On les a bien eu ces terroristes" ! Ils fantasment sur des vierges à déflorer et en fait Allah les invite à se gaver de raisins blancs !"
Mais comment donc Luxenberg en arrive à ces "blancs raisins" ? C'est simple : Au lieu de "hour 'ayn" du Coran, expression qui vient de l'hébreu et qui signifie "pâles yeux", Luxenberg lit "hour 'ainab" et donc "blancs raisins". Pour cela, Luxenberg suggère qu'il y a eu deux erreurs de notation diacritique et qu'en particulier, au lieu de la consonne ن , il fallait voir la consonne ba ب . Et donc non plus عين, mais عنب . Et le tour est joué !
Il y a cependant un "hic" : les consonnes noun ن et ba ب , avec ou sans point diacritique, ne s'écrivent pas de la même manière. Le noun a une forme plus arrondie que le ba, et cela dans tous les manuscrits anciens du Coran, y compris ceux qui étaient dénués de points diacritiques comme les palimpsestes par exemple. Mais surtout, Luxenberg semble ignorer l'hébreu ! Or en hébreu (comme en arabe), hour 'ayn signifie bien "clair œil", tandis que "blanc raisin" se dit hour 'enab ! En hébreu les consonnes noun et bet, donc N et B, s'écrivent distinctement, d'autant plus lorsque qu'elles sont placées en fin de mot : L'une s'écrit ן et l'autre ב. Elles ne prêtent donc nullement à confusion !
Il suffit donc de prouver que le Coran s'est inspiré de l'hébreu du Pentateuque, et non d'homélies chrétiennes en syriaque, pour démolir la thèse de Luxenberg. Or voici ce qu'on trouve dans la Bible : "hour" est un prénom qui désigne une personne "pure" ou "claire" de peau, de poil, et d'œil. Le célèbre artiste qui façonna et décora les ustensiles sacrés de la "Tente d'Assignation" se nomme BeçalEl ben Ouri ben Hour ! Ce qui signifie : "A l'ombre de Dieu fils de Lumière fils de Pureté" ! Or le nom "hour" (pur, clair, pâle, blanc) est sujet à un jeu de mots en hébreu. En effet pour dire "éphèbe", "choisi", "désiré", "charmant", on dit "bahour". Ce mot peut donc s'entendre comme si avait été ajouté le préfixe "ba" (dans, avec) à "hour" : donc, "dans l'éphèbe", qui a une résonnance et une connotation fortement sexuelle.
Est-ce que ce jeu de mots en hébreu transparaît, sans avoir été vraiment compris, dans le verset du Coran qui invoque les "houris" ? D'autant plus que le préfixe ba s'y trouve également : بحور عين donc bahour 'ayn !!!
Le verset coranique parle donc bien "d'éphèbes aux yeus clairs" (aussi bien vierges féminines que puceaux masculins !) et non de "raisins blancs" comme le prétend Luxenberg. Les djihadistes qui tuent "dans le sentier" d'Allah pour rejoindre de beaux éphèbes et de belles vierges, ne se sont donc pas trompés. Ils veulent des orgies sexuelles et non des beuveries et des gueuletons de raisins blancs. Nul besoin d'assassiner des millions de personnes pour s'acheter des grappes de raisins au supermarché !
Par contre, se taper des éphèbes et des nymphes vierges dont l'hymen se reconstitue ou dont l'anus et la vulve se dilatent puis se resserrent après chaque sodomie ou coït, ça ce n'est pas donné à tout le monde dans le paradis d’Allah ! Le seul problème est que c'est probablement en enfer que les jihadistes iront pour rejoindre leur Allah satanique !
Conclusion :
Je conseille vivement à tous ces islamologues occidentaux de surmonter leur anti-hébraïsme viscéral et à reconsidérer une lecture du Coran à la lumière de l'hébreu.
David A. Belhassen 

2 коммент.:

  1. Bonjour vous semblez étonné que l'hébreu soit une langue morte (depuis le retour d'exil). Pourriez vous nous donner des textes entre le 1er et le le 7ème siècles qui auraient été écrit en hébreu et non pas en araméen ? Et nous rappeler la langue des Talmud ? Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. A Amazigh Mokrane, bonjour. Toute la mishnah, rédigée au IIème siècle après J.-C, est rédigé en hébreu. Les lettres et missives de Bar Kokhbah également. Des centaines de monnaies ont été frappées avec des inscriptions en hébreu. Des dizaines de "responsas" entre les différentes communautés israélites du IIIème au VIIème siècle également. Seule la partie du Talmud appelée "guemarah" a été rédigée directement en araméen.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.