Home » , , » Le 'pauvre' Job dans le Coran : l'ennemi de Satan ou sa victime ?

Le 'pauvre' Job dans le Coran : l'ennemi de Satan ou sa victime ?


Ayuwb : أَيُّوبَ. C'est le nom du "pauvre Job" dans le Qorân, où il y est mentionné 4 fois. La Bible elle, le mentionne 58 fois, 56 occurrences dans le livre qui porte son nom ("Le livre de Job"), et 2 occurrences dans celui d'Ezéquiel (Yhezq-El en hébreu).
Job est translittéré en caractères arabes أَيُّوبَ à partir de l'hébreu איוב (= Iyowb) dont l'étymologie a l'acception de "adversité", "animosité", "hostilité", de la racine verbale איב AYB = être ennemi.

La translittération de ce nom dans le Qorân est une des rares à respecter la morphosyntaxe de sa racine tri-consonantique hébraïque originelle (quoique sa vocalisation Ayuwb laisse à désirer). Cependant, ce nom n'a aucune étymologie et signification en arabe, ce qui empêche le lecteur arabophone du Coran de faire le rapprochement – qui en fait est un jeu de mots hébraïque - entre Job et son "ennemi-adversaire", le fameux Satan qui le fit tant souffrir (et dont la racine verbale signifie en hébreu : "faire obstacle", "provoquer la chute").

Or, il n'existe guère dans le Coran, une quelconque déclinaison verbale, ni de formes conjuguées, ni de substantifs et ni d'adjectifs, à partir de la racine AYB. Pas non plus le moindre mot dérivé de cette racine pour suggérer l'animosité, l'adversité, ou l'hostilité. Tandis que dans la Bible, cette racine verbale est mise à contribution pas moins de 300 fois (!), en proposant à chaque occurrence une palette sémantique assez remarquable.
Pour exemple de cette richesse sémiotique, il nous suffit de citer le cri de foi et d'espérance du prophète biblique Mykhah (Michée, en français), suite à la destruction du Temple de Jérusalem par les armées de Nabuchodonosor :
"Ne te réjouis pas, toi, mon ennemie,
si je suis tombé, je me suis relevé.
Si je m'assois dans l'obscurité,
Yahweh est ma lumière" (Michée. 7,8)   

Certes, les exégètes musulmans se sont démenés à trouver une signification arabe à la racine AYB, mais en vain. Et cela, en dépit de leur faculté indéniable de prestidigitation linguistique qui leur fait voir des mots arabes dans tout ce qui bouge sur terre.
Mais apparemment dans le Coran, Job n'est pas l'ennemi ou l'adversaire de Satan. Seulement sa victime. 

David A. Belhassen

0 коммент.:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu ce mois

Fourni par Blogger.